L'histoire du Boeuf blond

Une race de boeuf de couleur blonde

Le Sud Ouest de la France est depuis toujours le berceau de race de la Blonde d’Aquitaine. Cette race est le résultat de la fusion de 3 rameaux du bassin aquitain :

La Blonde des Pyrénées, localisée en montagne et au sud du bassin aquitain, qui était plutôt une race mixte, la plus laitière des 3 rameaux. Dans cette race, chaque vallée avait sélectionné son type. Ainsi, il existait la blonde d'Urt, la Béarnaise, identifiée sous ce nom dès 1854 ou la Lourdaise, la plus laitière.
La Garonnaise, dont le livre généalogique fut créé en 1898, est issue des bovins élevés sur les terrasses de la vallée de la Garonne. C'était une race élevée pour la production de bœufs de travail.

La Blonde du Quercy, séparée de la Garonnaise en 1922, était élevée sur les pâtures plus pauvres des plateaux calcaires du Quercy et des coteaux du Bas Quercy. Elle était moins lourde et plus foncée que la Garonnaise.

Pour des raisons économiques, politiques et commerciales, ces trois rameaux ont été fusionnés en 1962 sous le seul vocable de « Blonde d'Aquitaine ». La naissance du Herd Book (livre généalogique) de la race concrétise ce regroupement.
Race bovine de grand format dédiée à la production de viande, la Blonde d’Aquitaine ne cesse de se développer depuis sa création. Cet essor est dû à ses qualités bien spécifiques. Elle exprime ses atouts tant au niveau de sa facilité d’élevage, comme de sa production de viande de qualité supérieure. Aujourd’hui, La Blonde d’Aquitaine est présente dans 25 pays du monde (principalement en Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Australie) et sa population mondiale est évaluée à 2 millions de têtes environ. En France, son effectif est de près de 600 000 têtes.


Une robe couleur froment
La viande de boeuf